Les COPains et les COPines
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Les COPains et les COPines

Forums à destination des heureux COP stagiaires et des futurs lauréats
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -50%
-50% sur les tongs Havaianas Brasil en noir
Voir le deal
11 €

 

 Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss)

Aller en bas 
AuteurMessage
neo
Langue pendue


Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 24/03/2007

Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss) Empty
MessageSujet: Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss)   Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss) EmptyDim 11 Nov - 15:16

http://www.snes.edu/snesactu/spip.php?article2745
SNES - COPSY

Orientation : qui dit mieux !

Frédéric Reiss député UMP du Bas Rhin a présenté le 8 Novembre le rapport de sa mission des affaires scolaires devant la commission des affaires culturelles de l’assemblée nationale sur le rôle et la place des conseillers d’orientation-psychologues. Sous prétexte de « remettre à plat » le métier de co-psy, celui-ci propose ni plus ni moins la disparition du service d’orientation de l’Education nationale !


Reprochant aux personnels d’avoir bénéficié de l’application de la loi sur la réduction du temps de travail, le rapporteur présente des données inexactes sur leur temps de service. Assujettis à un horaire annuel de 1593h et non de 1000h comme il le prétend, les co-psy sont redevables d’un horaire hebdomadaire de 40h40, qui inclut la préparation des activités menées en classe, la mise à jour de l’information sur les formations et les professions, et le perfectionnement individuel. Si les co-psy sont trop peu disponibles auprès du public, ce n’est pas parce qu’ils auraient trop de temps libre mais bien parce que les recrutements ont été divisés par 5 en 5 ans et qu’on envisage de ne pas remplacer 4 départs en retraite sur 5 à la rentrée 2008 !

Ce 7ème rapport depuis 2004, propose de supprimer la qualification de psychologue et de nommer les conseillers dans les établissements scolaires. Les vraies questions qui se posent à l’Ecole ne peuvent se satisfaire de réponses aussi simplistes. Elles nécessitent l’intervention de personnels qualifiés pour prendre en compte toute la complexité de la démobilisation scolaire, des abandons précoces et de l’élaboration des projets d’avenir. Pourquoi se priver de l’apport de psychologues dont la formation pluri-disciplinaire comprend de l’Economie, de la sociologie et des stages en entreprise et dans les établissements scolaires ? Or, le rapport mise tout sur l’information et recourt à des recettes éculées dont même le patronat ne veut pas, comme le rétablissement de l’apprentissage junior. Il va puiser dans les années 70 le modèle d’un « professeur conseiller » et de filières préprofessionnelles pour les élèves en difficulté !

Ces propositions si elles étaient suivies, aboutiraient également à la dilution des CIO dans des structures régionalisées.

S’agissant des enseignants le rapporteur semble avoir largement anticipé les conclusions de la commission Pochard puisqu’il suggère de leur confier davantage de tâches liées à l’orientation tout en leur supprimant l’ISO !

Manifestement Monsieur Reiss semble avoir une conception particulière de la concertation. Son rapport cristallise en effet toutes les mesures les plus négatives pour les jeunes comme pour les personnels : Un rapport perdant- perdant en quelque sorte ! Dès le 20 Novembre, les personnels exprimeront leur désaccord avec cette conception rétrograde de l’orientation.

Paris, le 8 Novembre 2007
Revenir en haut Aller en bas
neo
Langue pendue


Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 24/03/2007

Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss) Empty
MessageSujet: Re: Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss)   Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss) EmptyDim 11 Nov - 16:30

Autre citation:
Citation :
Le mal-être des COP résulte également d’un recrutement qui se tarit, comme le montre un tableau présenté dans le rapport. Le nombre des COP recrutés était ainsi de 50 en 2007, contre 55 en 2006. Selon les calculs de l’association des conseillers d’orientation-psychologues de France, la moitié des effectifs des COP aura disparu en 2013 si cette tendance se poursuit.

Sachant qu'il y avait enore 200 postes au concours en 2003, et qu'il est prévu 323 départs en retraite en 2008...
Mais étrangement, le rapport ne préconise pas d'arrêter les suppressions de postes de COPSY...
Revenir en haut Aller en bas
neo
Langue pendue


Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 24/03/2007

Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss) Empty
MessageSujet: Re: Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss)   Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss) EmptyDim 11 Nov - 16:31

Le rapport en entier:
http://www.assemblee-nationale.fr/13/cr-cafc/07-08/c0708012.asp#P6_310

Des extraits sur le site des COP:
http://www.ou-vont-les-cops.org/phorum/read.php?f=46&i=5225&t=5225
Revenir en haut Aller en bas
neo
Langue pendue


Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 24/03/2007

Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss) Empty
MessageSujet: Re: Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss)   Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss) EmptyMer 5 Déc - 16:57

SNES - COPSY 3 décembre 2007

http://www.snes.edu/snesactu/spip.php?article2799

Le rapport reiss peut-il être considéré comme un rapport de plus ?

La diffusion de la teneur du rapport a provoqué une très forte émotion dans les CIO. Et ce d’autant plus que quelques jours plus tard, le 13 novembre, lors d’une audience du SNES avec Darcos, les propos étaient fort proches : suppression du titre, transfert des CIO aux régions, transfert des missions des COPSY vers les enseignants.

Rappelons ses principales conclusions :

Ø Nécessité de « diversifier le recrutement des COP » et les rattacher aux établissements.

La licence de psychologie ne serait plus exigée et n’importe quel candidat d’une autre fonction publique ou ayant simplement 10 ans d’expérience dans son emploi pour passer le concours. Dans le cadre des dispositions réglementaires sur le titre de psychologue, ces nouveaux personnels ne seraient évidemment pas psychologues.

Ø Les missions seraient recentrées sur « la mission de faire connaître le monde économique, les entreprises, les formations et leurs possibilités d’insertion professionnelle » (C’est une reprise du rapport Lunel !).

Ø Les CIO seraient rattachés aux régions après une phase d’expérimentation. Le nombre de CIO devrait être réduit pour coller aux bassins d’emploi.

« Cette phase de restructuration pourrait être piloté par un établissement public régional « mutualisateur » avant d’opérer le rattachement effectif des Centres restant aux régions ». « Le personnel des CIO ainsi redéployés devrait comprendre des agents publics locaux, des agents permanents de l’ANPE, des agents mis à disposition par l’Etat y compris des enseignants et des fonctionnaires du Ministère du Travail ainsi que des contractuels ».

Conclusion : la disparition des CIO fondus dans des guichets uniques centrés sur un autre public avec d’autres missions :

Des conseillers qui ne seraient plus psychologues mais informateurs et VRP des métiers,

Des équipes de CIO démantelées, éclatées,

Des DCIO redevenant conseillers ou responsables d’un pôle information-orientation dans un guichet unique dirigé par les services de l’emploi ou de l’insertion.

Rumeurs ? Manœuvres syndicales, tout cela ?

Malheureusement non. Ces propositions sont complètement cohérentes avec une réforme du 2nd degré qui se profile.

Au collège :

Xavier Darcos l’a déclaré récemment, si l’apprentissage junior est effectivement supprimé, il ne serait pas exclu de rétablir les classes de préapprentissage à partir de 14 ans. L’éducation aux métiers devrait commencer en 5e, l’orientation post 3e pourrait porter dans un avenir proche sur 2 voies : une voie générale, une voie technologique et professionnelle refondue (Bac Techno. – Bac Pro.).En effet la généralisation des bacs pro 3 ans à la place des BEP devrait s’accompagner d’une élévation du niveau requis afin de favoriser les poursuites d’études. Concernant le niveau 5 il ne restera plus que des CAP, néanmoins les augmentations de capacités ne seraient possibles que par l’apprentissage.

Xavier Darcos vient d’envoyer des consignes aux recteurs leur demandant de transformer de 50% à 30% selon les filières, les sections de BEP en Bac Pro. 3 ans pour la rentrée 2008. Mesure financée à moyens constants, ce qui va réduire d’autant les crédits pour les diplômes de niveau V.

Au lycée professionnel :

Le rapport du sénateur Carle sur la formation professionnelle envisageait de confier les formations de niveau V aux régions, notamment par le biais de l’apprentissage et de ne laisser subsister que le CAP au niveau V. L’application de ces mesures consacrerait la mort des LP publics et d’une stratégie de formation des « petits pas » souvent adoptée par les jeunes de milieu populaire que peuvent accéder à des diplômes supérieurs grâce à l’acquisition de diplômes intermédiaires. Puisque les LP publics ne formeraient plus qu’au Bac pro 3 ans dans un terme relativement rapide (rentrée 2010). On peut craindre que ne se développent des certifications professionnelles en lieu et place de diplômes nationaux.

Au lycée :

On parle beaucoup au ministère d’une réforme de la classe de 2nde visant à supprimer la majeure partie des options, qui s’accompagnera ensuite d’une importante réforme du lycée.

La réduction des coûts pilotant toutes ces réformes, se dessine un bac unique aux contenus et aux horaires réduits doté d’une ou deux options pour marquer un semblant de diversification. La fusion des Bac Pro et Techno est envisagée. Si l’objectif de porter 50 % d’une classe d’âge à un diplôme de l’enseignement supérieur est avancé, il est clair que celui-ci ne sera pas atteint par l’accroissement du nombre de jeunes bacheliers. C’est le silence qui répond aux interrogations des 80 % d’une classe d’âge au bac !

Le nombre de diplômés du supérieur atteignant déjà près de 47 %. L’effort à fournir reste très limité. Par contre, tout porte à croire que la sélection s’effectuera à l’entrée en 2nde.

Toutes ces mesures devraient s’accompagner de réductions massives de postes. Moins 20 000 par an sont exigés par la Révision générale des politiques publiques !

Combien de professeurs de LP et de séries technologiques se retrouveraient sans postes ?

Ø On comprend mieux l’acharnement à recruter des conseillers d’orientation non psychologues ! Une voie de reconversion par des enseignants que le MEN privera d’enseignement.

Ø Cette politique, si elle se mettait effectivement en place serait désastreuse pour l’avenir des jeunes et pour le service public d’éducation. Elle réduirait la conception éducative et développementale de l’orientation qui prévaut en France, à une simple gestion des flux en fonction de l’insertion professionnelle à court terme.

Informer, mobiliser, discuter collectivement

Ø Vigilance pour préserver le réseau des CIO. La restructuration du réseau des CIO commence à se mettre en place dans certaines académies (Ile de France, Besançon...). Il faut dès les premières menaces de fermeture ou de fusion alerter les sections académiques et départementales du Snes, prendre contacts avec les élus et les parents d’élèves.

Ø Utiliser le prochain courrier de secrétaire de S1 du Snes qui va arriver dans les CIO pour s’exprimer conjointement avec les enseignants sur le refus du transfert des fonctions, notamment à l’occasion de la mise en place des entretiens 3ème et 1ère

Ø Discuter collectivement sur la base des propositions du SNES à une évolution du métier pour :

·Sauvegarder notre statut de psychologue et nos missions

·Maintenir notre statut de fonctionnaire d’état

·Ancrer nos services dans l’éducation nationale

·Préserver le réseau des CIO et la fonction des DCIO

·Garantir notre indépendance par rapport aux pouvoirs locaux

·Permettre une réelle amélioration des services rendus aux élèves et aux familles et des conditions d’exercice

UILISER LES QUESTIONNAIRES à renseigner collectivement et retourner individuellement : nous sommes en train de les dépouiller et cela nous permettra d’être porteur de revendications collectives.

Les collègues du SNES de votre académie vont proposer prochainement des réunions pour organiser des actions.
Revenir en haut Aller en bas
carole
Bavard


Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 10/09/2007

Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss) Empty
MessageSujet: Re: Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss)   Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss) EmptyMer 5 Déc - 23:00

voilà qui est bien inquiétant! pour vous les cops en poste mais aussi pour nous qui préparons le concours! ça devient de moins ne moins motivant voire de plus en plus inquiétant de se diriger vers un métier dont on ne connaît pas l'avenir...je suis actuellement travailleur social, et c'est le métier de conseiller d'orientation psychologue qui me motive, pas de simple conseiller technique ou autre!
la formation risque-t-elle de changer dès l'année prochaine?
quand le qualificatif de psychologue risque de disparaitre?
et que va-il-advenir de vous qui êtes déjà en poste?
Revenir en haut Aller en bas
neo
Langue pendue


Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 24/03/2007

Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss) Empty
MessageSujet: Re: Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss)   Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss) EmptyMer 12 Déc - 18:00

Les enseignants commencent à se réveiller...
Et en plus, c'est le SNALC!

SNALC - Communiqué de presse du 11 décembre 2007

UN DELEGUE INTERMINISTERIEL PRÔNE LA SUPPRESSION DE L’ISOE


Le SNALC-CSEN, deuxième syndicat le plus représenté chez les professeurs du secondaire, n’a pas été surpris de découvrir, à travers les élucubrations de Bernard Thomas, délégué interministériel à l’orientation, que les auditions de la commission Pochard persistent dans leur vocation « à suinter la haine du prof. »

Prétendre que l’ISOE (indemnité de suivi et d’orientation) serait distribuée sans véritable contrepartie relève de la cécité la plus absolue, alors que le suivi individualisé des élèves est, depuis longtemps, une réalité.

Les propositions irrecevables de Bernard Thomas n’ont d’autre finalité que de flatter les chefs d’établissement les plus démagogues et leurs organisations, en jouant avec complaisance sur le mépris croissant d’une partie de l’administration pour les personnels enseignants.

Le SNALC-CSEN demande instamment au Ministre de l’Education Nationale, Xavier Darcos, de mettre un terme aux spéculations et aux discours anti-profs qui ne peuvent, aujourd’hui, que contrarier- voire rendre impossible- son action réformatrice.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss) Empty
MessageSujet: Re: Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss)   Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Orientation: qui dit mieux? (le rapport Reiss)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les COPains et les COPines :: Index des forums :: MOBILISATIONS, MUTATIONS, CARRIERES : INFOS SYNDICALES ET INSTITUTIONNELLES-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser