Les COPains et les COPines
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Les COPains et les COPines

Forums à destination des heureux COP stagiaires et des futurs lauréats
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -44%
Lecteur de Cartes SD/Micro SD, USB Type C Micro USB ...
Voir le deal
8.99 €

 

 Un rapport préconise la sélection des étudiants étrangers

Aller en bas 
AuteurMessage
Trodelaloose
Bavard
Trodelaloose

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 05/10/2004

Un rapport préconise la sélection des étudiants étrangers Empty
MessageSujet: Un rapport préconise la sélection des étudiants étrangers   Un rapport préconise la sélection des étudiants étrangers EmptyMar 1 Fév - 0:54

Lien : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-395939,0.html


Dans une note confidentielle remise au ministre de l'éducation, Josy Reiffers, ex-collaborateur de Luc Ferry, stigmatise leurs conditions d'accueil "déplorables", la difficulté à attirer les élites des autres pays et la faiblesse de leur taux de réussite, inférieur de 40 % à celui des Français.
C'est une note confidentielle d'une trentaine de pages qui devrait remuer le monde universitaire français. Rédigé par Josy Reiffers, ancien directeur adjoint de cabinet de Luc Ferry, le rapport remis le 15 novembre 2004 au ministre de l'éducation nationale, François Fillon, dresse un état des lieux assez sombre des conditions d'accueil des étudiants étrangers en France.

Son auteur, qui a également été président de l'université Bordeaux-II, insiste en particulier sur la faible attractivité des universités françaises et plaide, en écho avec le débat sur les quotas d'immigrés (Le Monde du 20 janvier), pour la mise en place d'une sélection des étudiants.

Une faible attractivité.
Dans la continuité de plusieurs rapports officiels (Elie Cohen en 2001, Alain Clayes en 1999), M. Reiffers s'interroge sur la capacité de la France à attirer les élites d'autres pays. Sur le plan quantitatif, la situation semble s'être améliorée : après plusieurs années de diminution, entre 1990 et 1998, le pays a réussi à inverser la tendance. Grâce notamment à l'assouplissement des conditions d'obtention des visas, leur nombre est passé de 149 000 en 1998 à un peu plus de 240 000 aujourd'hui.

Cette augmentation n'a, cependant, pas permis à l'enseignement supérieur français de complètement rattraper son retard sur ses principaux concurrents internationaux. Bien que les campus français soient parmi les plus cosmopolites, le rapport signale que, en termes de part de marché, la France (9 % du total mondial des étudiants effectuant leurs études supérieures en dehors de leur pays) se situe après les Etats-Unis (30 %), le Royaume-Uni (14 %), l'Allemagne (12 %) et l'Australie (10 %). Contrairement à ses concurrents, elle apparaît, de surcroît, beaucoup plus spécialisée dans son recrutement : plus de 50 % des étudiants accueillis viennent d'Afrique et du Maghreb.

Surtout, ces statistiques masquent une réalité plus médiocre sur le plan qualitatif. D'abord parce qu'une partie importante des 240 000 étudiants recensés comme étrangers sont en réalité des bacheliers issus de l'immigration, qui ont accompli leurs études secondaires en France (plus de 50 000).

Ensuite parce que la France peine à attirer les meilleurs étudiants : une majorité des étrangers (environ 135 000) viennent en France sans avoir obtenu de bourses de mobilité - contrairement à ce qui se passe dans les grandes écoles. Pour preuve de cette faible attractivité, le rapport signale que les universités de l'Hexagone n'"attirent que très peu les élèves des lycées français de l'étranger, qui font plus le choix des universités anglo-saxonnes".

Une partie des étudiants étrangers inscrits en France ont, par ailleurs, été recrutés pour des motifs purement budgétaires, souligne M. Reiffers. Comme les dotations des universités sont calculées en fonction du nombre d'étudiants, certains établissements ont parfois eu tendance à faire appel à des étrangers pour compenser la diminution de leurs effectifs (notamment dans les disciplines scientifiques). Le rapport parle, à ce propos, de "politique de "bourrage d'amphis"".

Des conditions d'accueil "déplorables".
L'arrivée d'étudiants étrangers ne bénéficiant d'aucun financement se traduit par des difficultés sociales importantes. Comme en témoignent les opérations caritatives montées par des organisations étudiantes, une partie d'entre eux éprouvent de grandes difficultés financières. "L'Etat a délivré, sans trop y regarder, visas et cartes de séjour à des étudiants auxquels il était incapable de garantir de bonnes conditions d'étude", résume le rapport. Au minimum, cette situation pose un problème d'image. "Le rayonnement de la France, qui repose sur l'hypothèse que les anciens étudiants étrangers deviennent des ambassadeurs de la France dans le monde, pourrait être mis à mal par les conditions d'accueil actuelles", note l'auteur du rapport.

Au pire, ces carences pourraient poser un problème d'ordre public. "Le risque d'explosion sociale n'est pas à sous-estimer, relève M. Reiffers. Les résidences ghettos où sont hébergées de fortes proportions d'étrangers, parfois d'une même communauté, peuvent constituer des foyers de contestation et un terreau du communautarisme. Une telle situation peut évidemment être instrumentalisée à des fins politiques."

Un taux d'échec important.
L'Etat accomplit pourtant un effort budgétaire non négligeable. La quasi-gratuité des droits d'inscription pour les étudiants étrangers à l'université ainsi que le versement de bourses sociales représentent une dépense de l'ordre de 2 milliards d'euros par an. "L'Etat connaît mal l'"efficacité" ou le "retour sur investissement" de sa dépense", relève M. Reiffers, qui signale qu'il n'existe aucune donnée sur le retour de ces étudiants dans leur pays et leur insertion professionnelle.

D'un point de vue pédagogique, leurs résultats sont assez faibles : le rapport cite une étude de la direction de l'évaluation et de la prospective (DEP) qui montre que le taux de réussite des étudiants étrangers est inférieur de 40 % à celui des étudiants français.

Pour une sélection.
Face à cette situation, le rapport présente deux solutions. La première consiste à augmenter très fortement le budget de l'enseignement supérieur pour parvenir à accueillir convenablement les étudiants étrangers (accroissement du parc de logements publics, création d'emplois, etc.).

La seconde passe par la sélection des étudiants avant leur arrivée. "Notre recommandation est de ne pas augmenter (...) le nombre d'étudiants étrangers dans les universités tant que leurs conditions de vie et leurs chances de réussite ne se seront pas améliorées", tranche M. Reiffers. Dans cette logique, il plaide pour la mise en place d'une sélection plus drastique des étudiants étrangers. L'Etat devrait "faciliter la venue de ces étudiants prioritaires mais aussi décourager celle des autres par des instructions claires données aux postes diplomatiques, aux services préfectoraux et aux universités". En clair, une politique d'"immigration choisie".

Luc Bronner


--------------------------------------------------------------------------------

Un marché de près de 2 millions de personnes


Mobilité. Environ 1,9 million de jeunes dans le monde accomplissaient en 2002 leurs études supérieures en dehors de leur pays d'origine, selon les statistiques de l'OCDE. Par rapport à 2001, leur nombre a augmenté de 15 %. Près des trois quarts de ces étudiants sont concentrés dans cinq pays d'accueil (Etats-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Australie, France).

Origine. 46 % des étudiants expatriés sont originaires d'Asie ou d'Océanie - une proportion en augmentation constante ces dernières années. 31 % sont originaires d'Europe, 12 % d'Afrique, 7 % d'Amérique du Nord, 4 % d'Amérique du Sud.

Destination. La France se caractérise par une proportion élevée d'étudiants venus d'Afrique (plus de 50 %). Malgré la croissance spectaculaire du nombre d'étudiants chinois depuis 1998 (de 1 300 à 12 000), la France n'accueille qu'un nombre réduit d'étudiants asiatiques (3 % du total). Ceux-ci privilégient les Etats-Unis (46 %), l'Australie (16 %), le Royaume-Uni (10 %) et l'Allemagne (9 %).

Français à l'étranger. Près de 70 % des étudiants français en mobilité demeurent au sein de l'Union européenne. Ils peuvent bénéficier de bourses mises en place par l'Union européenne, l'Etat, voire certaines régions.


--------------------------------------------------------------------------------

François Fillon hostiles aux quotas


Le ministère de l'éducation nationale ne conteste pas le bilan sur les conditions d'accueil des étudiants étrangers. Mais François Fillon réfute, selon son entourage, l'hypothèse de la mise en place de "quotas", jugée "contraire à la tradition française". Estimant "inacceptable" l'arrivée d'"étudiants n'ayant pas le niveau", le ministère plaide pour la mise en place de tests linguistiques et un examen des dossiers scolaires pour améliorer les recrutements.

• ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 29.01.05
Revenir en haut Aller en bas
 
Un rapport préconise la sélection des étudiants étrangers
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les COPains et les COPines :: Index des forums :: MOBILISATIONS, MUTATIONS, CARRIERES : INFOS SYNDICALES ET INSTITUTIONNELLES-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser